Initiation à l’Essalette

Col de l'Essalette - Benjamin en termine

En vacances aux Orres pour une petite parenthèse hivernale de quelques jours, Benjamin me contacte pour aller s’initier au ski de randonnée. La motivation est claire : marre des stations ! Si venir en vacances signifie retrouver le même bazar que dans la métropole où l’on passe le reste de l’année, où est le plaisir?

Pour Benjamin l’équation est simple : « j’aime la rando et je skie donc le ski de rando ça devrait me plaire ! ».

L’idée est de broder quelque chose autour des Orres. Heureusement les projets les plus fous des aménageurs de la montagne se sont heurtés à des obstacles naturels et des résistances humaines, préservant pour notre plus grand plaisir de vastes zones de montagne.

A deux pas des Orres, le vallon de l’Eissalette offre un contraste certain avec les délires urbanistiques douteux des années 70. Ici on retrouve en quelques minutes une nature quasi intacte et vierge de traces humaines… ça nous va !

Nous croisons quelques âmes sur le début de la rando. Ensuite plus rien, si ce n’est un énigmatique spliboarder, avec une approche un peu freestyle de la sécurité.

Comme souvent dans ces randos, on démarre bien bavards, on refait le monde, on saute d’un sujet à l’autre… puis progressivement, le rythme aidant, on cède au silence et à la contemplation à laquelle la montagne nous invite. Je sens déjà aux exclamations de plaisir de Benjamin que le bonhomme est conquis. Faut dire qu’il n’a pas l’air d’être homme à bouder son plaisir !! Et la beauté est partout en montagne, il suffit de la voir.

Nous prenons la direction du Col de l’âne (ou de l’Essalette) quasi vierge de traces… pendant ce temps là dans les stations des environs, des hordes de freeriders se bousculent sur les plus fameux hors-pistes vendus dans le dernier ski-mag… on est très bien là!

Aujourd’hui pas de doute c’est l’hiver. Les voiles nuageux nous plongent dans une ambiance lumineuse et thermique tamisée… ajouté à la petite brise qui nous cueille sur les crêtes : ça pèle !!

Ca nous empêche pas de profiter de la vue qui se dégage vers les Ecrins et sur l’Ubaye… et de sacrifier à la tradition du casse croûte sommital.

Ce qui nous attend pour la descente est terrible. 25 cm de poudre vierge de traces. Benjamin est encore peu coutumier de ces neiges profondes et en profite pour expérimenter le moelleux de ce doux matelas ! La chute en deviendrait presque un plaisir!

On pensait en rester là pour cette fois mais des rebondissements de dernière minute dans nos agendas respectifs nous pousse à poursuivre l’aventure le lendemain.

Col de l'Essalette - HappyCol de l'Essalette - C'est parti pour 1000m de descenteCol de l'Essalette - Lumière divine aujourd'huiCol de l'Essalette - C'est parti pour 1000m de descenteCol de l'Essalette - C'est bon ça!Col de l'Essalette - Benjamin en termine

Leave a Reply