Quand on va chercher Bonheur sur les skis!

Les orres- ski de randonnée- équipe

Certaines personnes ne tergiversent pas dans l’évocation de leurs objectifs de vacances. Allons droit au but, allons chercher Bonheur! Et comme le bonheur est surtout un état d’esprit, l’idée de ce week-end de pâque a été de l’emmener sur nos skis de randonnée et dans les montagnes! Et nous l’avons bien fait voyager, ce bonheur… du bout des spatules frôlant la poudreuse à nos yeux émerveillés par tant de splendeur et d’immensité, de nos papilles gustatives savourant un fromage bien affiné au soleil, à notre gosier se rafraîchissant à l’aide d’une boisson bien houblonnée, nous n’avons pas chaumé!

Pour notre première journée, nous nous éveillons à Prunieres sous 30 cm de neige fraîche. Révision complète de notre programme, nous allons skier à deux pas de la maison, dans notre petit jardin secret: Crevoux! Pas besoin d’aller chercher Bonheur trop loin lorsqu’il est juste là! Pour nous rassasier de poudreuse, nous prenons un forfait demi-journée à la station et promenons nos skis joyeusement dans les immensités poudrées de neige fraîche. Dès que les pentes sont trop tracées à notre goût (c’est à dire plus de 10 traces…), nous nous écartons de la station grâce aux peaux de phoque et aux skis de randonnée. Dix à trente minutes de ballade sur les crête sommitale de la Ratelle suffisent à promener Monsieur Bonheur à chaque virage. A noter que nous trouvons ce jour-là au sommet du Pic haut la recette qui dissipe les nuages. J’en profite pour remercier ici tous les techniciens blagueurs qui ont œuvré sur les hauteurs, permettant de retrouver un soleil salvateur. Seul bémol à cette journée: les trois skieurs présents sur le domaine avec qui nous avons dû nous battre sur les champs de poudreuse. Il y a bien eu une demie seconde d’attente au téléski ce jour là… comme quoi, la perfection n’existe pas.

Deuxième jour:

Pour cette seconde journée, nous allons nous promener dans la vallée voisine, les Orres. La non présence d’être humain nous informe de but en blanc ce que nous allons devoir supporter : faire nos traces toute la journée ! Avec la nuit la neige c’est déposée légèrement sur les sap, heu… les mélèzes je veux dire ! Partout le regard est assaillit par les cristaux de poudreuse. Nous montons jusqu’au col de l’âne est ne résistons pas à faire voler la poudreuse sur une première descente. Bonheur Bonheur, il est omniprésent ! Puis nous mettons le cap sur la belle crête de Costa Rouenda, histoire d’aller peaufiner la technique des conversions.

En arrivant au sommet, nous constatons rapidement la dose de bonheur que nous allons devoir ingurgiter dans un laps de temps assez court. L’équipe se prépare à cette épreuve, l’overdose nous guette. Et puis c’est le grand plongeon dans la splendeur blanche. Bonheur est présent à chaque virage, nous endurons, magnanimes. Jusqu’en bas, il nous accompagne. Et quand nous laissons la poudreuse derrière nous, c’est la neige de printemps qui nous cueille !

 

 

Troisième jour:

Cette ultime journée, nous la passons sur la frontière italienne, vers le col de Larche. Le houblon de la veille nous fut bénéfique, le réveil sonne tôt et la grande lune partage le ciel avec les couleurs chaleureuses de l’aube qui viennent habiller les cimes de violet et de pourpre. Nous nous élevons dans le vallon encore silencieux de l’Orrenaye. Le soleil vient jouer avec les crêtes rocheuse de la tête de Moise et nous inonde en réchauffant nos corps. Mmmmmm, Bonheur ! Nous continuons sous l’œil majestueux du Viso jusqu’à la belle arête neigeuse de la tête de Villadel et choisissons d’ici les prochains périples qui animerons les aventures à venir. Plusieurs vies ne suffiront pas, c’est sûr ! A bientôt l’équipe !

Col de Larches ski randonnee- tete de moise soleil

Leave a Reply